Poires au vin pour blogueuse coincée

Poires au vin pour blogueuse coincée

Il est des choses avec lesquelles il n’est guère agréable de se réveiller le matin.

Je cite en vrac… une migraine, mal aux cheveux suite à une soirée arrosée, un monsieur dont vous ne connaissez ni le nom ni le visage, ou un torticolis.

Et ben au loto de ce matin, moi, j’ai gagné le torticolis ! (z’avez eu peur, hein ???)

Je suis assez coutumière de la chose, je tourne en rythme de croisière à 3 torticolis par an, des qui font très mal, des qui durent plusieurs jours et qui m’obligent à aller voir mon jeune et charmant médecin aux yeux bleus au bout de la rue. Arfff ….

Mes torticolis ( oui, à force on devient intimes eux et moi ) ont ceci de commun qu’ils m’empêchent à chaque fois de tenir ma tête droite. Je suis obligée de tenir ma tête penchée en avant et un peu de biais pour éviter d’être traversée par une douleur mégacosmique (voire intersidérale à ses heures.)

Cette élégante posture me donne l’air avenant d’un pitt bull contrarié.

C’est donc avec cette attitude altière, qu’il y a quelques mois, j’ai parcouru les 400 mètres me séparant du cabinet du médecin.

La voiture ? On oublie, … peux pas tourner la tête aux panneaux de stop.

J’imagine ce qu’on du penser les gens qui m’ont croisée (et que je connais tous, c’est une toute petite ville). Penchée en avant , chancelant un peu, tête sur le côté, grimaçant de douleur, et s’arrétant tous les 30 mètres les larmes aux yeux pour absorber le choc provoqué par le simple fait de marcher. Charmant spectacle.

C’est dans cet état donc que je suis ce matin.

Il me reste assez de cachets pour ne pas aller voir mon doc (….), et mes HE viennent à la rescousse.

La journée s’annonce terrrrible … je vais être contrainte de rester assise sur le canapé, avec un thé bien chaud, un coussin sous la tête et les pieds, devant la télé (ou avec un peu de zique), à surfer sur vos blogs. Vous vous rendez compte ????

J’espère que vous compatissez … (vous compatissez, hein ???)

Et dire que j’ai plein de ménage en retard, je m’étais concocté un programme à la Bree Van de Kamp avec musique déchaînante, et je vais même pas pouvoir le faire, … chui déçue, déçue, déçue ! ;o)

Comme il n’est pas question de faire la cuisine aujourd’hui, voici la recette du dessert d’hier soir, que l’on mange pas mal dans la région de mes parents :

Poires au vin rouge épicé.

Pour 4 :

  • 0.75 l de bon vin rouge
  • 4 poires (j’en ai mis 2 car elles étaient petites)
  • 80 g de sucre blond
  • 1 gousse de vanille
  • 1 bonne pincée de 4 épices
  • ou 1 clou de girofle, cannelle, muscade, etc …
  • 1 rasade de crême de mûres

Pelez les poires en laissant la queue

Videz les par le dessous avec une cuillère à pommes parisiennes

Coupez les un peu à la base pour qu’elles tiennent debout.

Faire frémir 10 mn le vin et les épices (vanille ouverte en 2, et grattée)

Y mettre les poires, couchées.

Tournez les souvent et doucement pour une couleur uniforme.

Cuisez les 20 mn à tout petits bouillons (elles ne doivent pas s’effondrer)

Une fois cuites, sortez les (attention les doigts), et laissez les refroidir.

Faîtes réduire le vin qui va épaissir un peu.

Au moment de servir, posez les poires, arrosez de vin réduit et versez un peu de crème de mûres dessus. Décorez avec une étoile de badiane.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.